Compte rendu de la CPR du 18 octobre 2016 (II)

logo-fo-transparent-petit

Ajaccio, le jeudi 27 octobre 2016

Cher(e)s collègues,

Comment peut-on voter contre la distribution
de 80 000 € à des salariés ?

Tout le monde connait la situation des salariés en Corse. La Corse fait partie du peloton de tête des régions les plus chères. Mais aussi des régions où les salaires sont les plus bas. Dans les villes de plus de 50 000 habitants, Ajaccio est systématiquement classé comme la plus chère au niveau national[1]. Devant Paris, Neuilly et Versailles. De plus en plus d’agents « tirent la langue ».

Lors la CPR du 18 octobre, FO et CGC ont voté pour l’attribution des Chèques-Vacances, les élus de la Chambre se sont abstenus, le STC a voté contre. Depuis plus d’un an, le STC ne cesse d’avancer des « arguments » :

« Si on distribue 80 000 € les comptes seront déséquilibrés. Il faut se garder une réserve. » Faux
« Je ne peux pas utiliser les Chèques-Vacances car je ne pars jamais en vacances et sur Bastia il n’y a qu’Intersport qui les acceptent » Faux
« Les agents les utilisent principalement pour les billets d’avion et ça ne va pas aux commerçants en Corse » Faux
« Plutôt que d’affecter l’argent aux Chèques Vacances, il faut garder les fonds pour des prêts et des dons » Faux

Lors du vote en CPR, Madame Quilici, au nom du STC a demandé que soit ajouté au procès-verbal : « le STC vote contre par crainte de déséquilibrer les comptes ». Reprenant ainsi l’argument avancé cinq minutes plus tôt par Monsieur Trojani (élu Chambre Haute-Corse).

Tous les arguments avancés sont faux. Force Ouvrière ne renonce pas. Nous allons répondre au premier « argument ».

FO répond aux arguments
Preuves à l’appui !

« Si on distribue 80 000 €, les comptes seront déséquilibrés. Il faut se garder une réserve. »

Les deux élus de Force Ouvrière ont repris l’ensemble des comptes du fonds social[2]. C’est sans appel : une fois que toutes les rentrées scolaires et bons de Noël ont été attribués, il reste en caisse, fin 2016, près de 80 000 €. Nous l’avons dit et redit et personne ne l’a démenti.

Lors de la réunion du groupe de travail sur le fonds social, la direction (Jean-Louis Beynel) et les élus du STC doutaient des chiffres avancés par FO et la CGC.

Tous les calculs ont été refaits au tableau par la CGC sous le contrôle
du STC et de la direction qui n’ont trouvé rien à redire.

tableau-general
Le détail des calculs effectués par la CGC au tableau lors du groupe de travail.

Reprenons :

CCI Corse  ccic
CCIT 2a  ccit2a
CCIT 2b  ccit2b
Total 32 500 + 29 000 + 16 000 = 77 500 €

Une fois tout payé (« solde au 31/12 »), nous débutons l’année 2017 avec 77 500 €.

Ces chiffres ont été validés en groupe de travail par Jean-Louis Beynel (pour la direction) et en présence des élus du STC qui ne les ont pas contestés.

Alors pourquoi direction et STC expliquent maintenant
que les Chèques-Vacances peuvent déséquilibrer les comptes ?

Il y a un peu moins de 80 000 € disponibles. Si nous attribuons les Chèques-Vacances, avec la contribution des agents il restera au moins 25 000 € en début d’année. En quoi c’est un problème ????

Il faudrait qu’il y ait 100 naissances en 2017 pour que
les comptes passent dans le rouge !

Force Ouvrière maintient sa demande d’attribution
des Chèques Vacances

Nous appelons les agents à voir avec leurs élus
Nous ne lâcherons pas.
Cet argent appartient aux agents
Il doit leur revenir !

[1] Bastia n’apparaît pas dans l’étude car sa population est inférieure à 50 000 habitants.

[2] Plus de 30 heures de travail. Pourquoi le STC n’a pas fait les calculs de son côté ?

Téléchargez le tract ico-pdf50

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *